Wir verwenden Cookies, um die Benutzerfreundlichkeit dieser Webseite zu erhöhen (mehr Informationen).

Traktate

Prof. Dr. Werner Gitt

Pourquoi un scientifique croit la Bible

Niemand möchte im Irrtum leben und am Ende seines Lebens feststellen: „Ich habe falsch gelebt“ oder „Ich bin nur unnützen Dingen nachgegangen.“

Werner Gitt beschäftigte sich jahrelang mit Fragestellungen der Mathematik und der Informatik. Beweise haben in seinem Denken immer eine besondere Rolle gespielt.

Geht es um Fragen der Bibel, stellt sich sofort die Frage der Glaubwürdigkeit. Ist die Existenz des Gottes, von dem in diesem Buch so viel die Rede ist, beweisbar? Von der Antwort auf diese Fragen ist der Ort unseres ewigen Verbleibs abhängig. Darum müssen wir hierüber zu größtmöglicher Gewissheit gelangen.

Wenn die Bibel wahr ist, dann haben wir automatisch die Antwort auf viele Fragen gefunden, die uns alle bewegen. Anhand von drei unterschiedlichen Beweisformen, zeigt Werner Gitt in dieser Schrift, dass Gott existiert und die Bibel wahr ist.

12 Seiten, Best.-Nr. 140-4, Kosten- und Verteilhinweise

Kostenlos

Pourquoi je crois à la Bible en tant que scientifique

Ce que toute l’humanité partage en commun, c’est la quête de l’amour, de la sécurité et de la communion… et nous aspirons également tous à la vérité. Personne ne souhaite en effet vivre dans l’erreur et constater à la fin de sa vie : « ma vie est un échec » ou : « je n’ai couru qu’après des futilités ! »

Du fait que les questionnements mathématiques et raisonnements informatiques font l’objet de ma réflexion depuis de longues années, la question des preuves a toujours joué un rôle particulier chez moi. Lorsqu’on aborde des questions au sujet de la Bible, la question de sa crédibilité se pose aussitôt. L’existence de Dieu, dont il est tant question dans ce livre, peut-elle même être prouvée ?

La réponse à ces questions ne détermine pas moins que le lieu de notre séjour éternel après la mort.

Si la Bible est vraie, alors nous aurons trouvé automatiquement la réponse aux nombreuses questions qui nous agitent.

  • D’où venons-nous ?
  • Pourquoi vivons-nous quelques années sur cette Terre ?
  • Où irons-nous un jour ?
  • Qui est Dieu, et qui est Jésus ?

En outre, nous en tirerons les bénéfices suivants :

  • Nous aurons des clés pour l’interprétation du monde
  • Nous serons en mesure de démasquer les erreurs prônées par ce monde.
  • Nous aurons trouvé la mesure pour étalonner notre vie
  • Et nous posséderons la boussole qui va nous mener au ciel !

J’aimerais à présent, à travers 3 moyens de preuves différents, montrer que Dieu existe et que la Bible est vraie. La première preuve se rattache à Romains 1/20 : « En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. » Les deux autres preuves, que j’ai travaillées il y a quelque temps déjà, reposent sur des bases mathématiques et scientifiques.

1. LA CREATION PROUVE QUE DIEU EXISTE

Nous allons nous intéresser à un simple détail du gigantesque atelier de la création – le cerveau humain [1]. C’est l’organe central qui supervise notre système nerveux, qui dirige, surveille et coordonne tous les processus qui se déroulent dans notre organisme.

Notre cerveau collecte et traite les impressions sensorielles, les stocke en mémoire et les exploite utilement.

On ne connaît pratiquement rien sur la façon dont le cerveau traite effectivement les informations qui lui parviennent . Personne ne sait comment, à partir de signaux électriques émanant des organes sensoriels, il tire l’information sémantique. Nous ne savons pas non plus comment nous faisons remonter certains souvenirs à la conscience, ni ce qui se passe dans le cerveau lors d’un nouvel apprentissage.

Le cerveau est composé de quelque 100 milliards ( 100·109) de cellules nerveuses ; leur nombre est du même ordre de grandeur que le nombre d’étoiles dans notre galaxie. A ce nombre faramineux, il faut rajouter 100 milliards de cellules servant au métabolisme et de cellules de soutien.

Les fibres nerveuses , rien que pour la partie principale du cerveau, atteignent au total une longueur astronomique de 500 000 km !!

Notre corps est relié à un réseau d’informations très dense, dont la longueur totale, mesurée en dehors du cerveau, s’élève à 380 000 km de fibres nerveuses. En fait, ces fibres qui parcourent tout notre corps atteignent, mises bout à bout, une longueur totale équivalente à la distance Terra-Lune. C’est à travers ces conduits nerveux , ramifiés à l’infini, souvent d’un diamètre d’un millième de millimètre, que s’échangent constamment des informations et des consignes entre le cerveau et toutes les parties du corps.

Ce réseau de liaisons neuronales incroyablement dense requiert et permet un traitement très rapide des signaux . Le cerveau peut en effet effectuer 1018 opérations par seconde (1 milliard x 1 milliard). C’est surtout le traitement des images en temps réel qui requiert cette puissance de calcul. Mais malgré un certain nombre de recherches fructueuses, le cerveau reste encore aujourd’hui un no man’s land inexploré figurant en blanc sur la carte de nos connaissance scientifiques…Les deux chercheurs en neurologie Robert Ornstein et Richard F. Thompson nous disent la chose suivante :

« Après des siècles d’étude par les scientifiques de tous bords, un seul qualificatif peut rendre justice au cerveau : « c’est une merveille » [[1]]

Il reste de fait beaucoup d’inconnues: comment s’opère par exemple le transfert entre la partie immatérielle de l’âme et le cerveau ? Comment les fonctions de l’âme ( volonté, émotions, faculté de réflexion) communiquent-elles avec le cerveau ?

Qui a réalisé toutes ces merveilles ? Le verset de Romains 1 cité plus haut nous montre qu’il ne peut y avoir qu’une seule réponse raisonnable : un Dieu tout-puissant qui est au-dessus de tout, a tout imaginé et créé !

LA PREUVE DE DIEU A TRAVERS LES LOIS NATURELLES DE L’INFORMATION

Pour pouvoir décrire les lois naturelles de l’information ( LNI) [3] et analyser un système inconnu, on a besoin d’une définition précise et adéquate.

On parle d’information lorsque, dans un système considéré, on trouve les 5 niveaux de hiérarchie suivants :

1) statistique (nombre de caractères, chiffres, mots, etc…)

2)            syntaxique (code, grammaire, vocabulaire)

3)            sémantique (signification)

4)            pragmatique (action)

5)            apobétique (finalité, résultat)

 

Les 4 lois naturelles de l’information (LNI) sont les suivantes :

LNI-1 : une donnée matérielle ne peut pas produire une donnée immatérielle.

LNI-2 : l’information est une donnée immatérielle.

LNI-3 : aucune information ne peut résulter de processus statistiques (sous forme dure, c’est à dire, des processus s’effectuant sans qu’une intelligence y préside)

LNI-4 : l’information ne peut être produite que par un émetteur intelligent.

On trouve de l’information dans toutes les cellules vivantes.

C’est dans les molécules d’ADN des êtres vivants que nous trouvons la plus grande densité d’informations.

Imaginons une tête d’épingle de 2 mm de diamètre, constituée uniquement d’ADN, et demandons-nous quelle serait la hauteur de la pile de livres que l’on pourrait imprimer avec cette façon d’encoder, ce pour bien illustrer la densité inconcevable d’informations contenues dans l’ADN. La pile pourrait être égale à plus de 500 fois la distance Terre-Lune , ce qui représente 500 x 384 000 km = 192 millions de kilomètres !!

Lorsqu’on parle de preuves, il est important de différencier entre preuves dures et preuves molles.

  • Les preuves dures sont celles que l’on produit dans le domaine des mathématiques et des lois de la nature. Par exemple, la loi naturelle qui veut que la chaleur ne passe jamais d’un corps plus froid à un corps plus chaud est irréfutable. De la même façon, la fameuse loi de Pythagore pour les angles droits (a2+ b2 = c2 ) ne souffre pas de contestation.
  • Les preuves molles sont , par exemple, constituées par les preuves juridiques ou historiques qui, en raison des sources plus ou moins sûres, sont en principe réfutables.

Du fait que les pensées de Dieu sont bien plus élevées que les nôtres, d’après Esaïe 55/8-9, celui-ci ne peut être prouvé dans sa plénitude. A l’aide des lois naturelles de l’information, nous pouvons pourtant prouver quelques-unes de Ses caractéristiques – Son existence, son caractère éternel, sa toute-puissance et son omniscience – sous forme dure, c’est à die, irréfutable.

Vu le contexte de cet exposé, ce qui nous importe en premier lieu est de prouver l’existence de Dieu : nous allons procéder de la façon suivante :

Si l’on peut prouver la présence dans toutes les formes de vie d’un code ( ADN ou ARN) et de tous les autres niveaux d’information, elles relèvent alors indéniablement du champ d’action de l’information, d’après sa définition. Par suite, nous pouvons conclure de la loi LNI-4 : l’information ne peut être produite que par un émetteur intelligent !

Cette preuve de l’existence de Dieu est en même temps une réfutation de l’athéisme. On pourrait réfuter par le même principe l’idée de macroévolution [4].

LA PREUVE DE DIEU PAR LA PROPHETIE ET LES MATHEMATIQUES

Il y a dans la Bible un total de 3268 prophéties déjà réalisées [5]. Nous allons en considérer 2 seulement :

  • La prophétie selon laquelle Dieu allait disperser le peuple d’Israël dans Deutéronome 28/64-65 et la promesse de Jérémie 16/14-15 de ramener le peuple dans le pays de ses pères.
  • En 70 après J.-C. , la dispersion s’est accomplie, et en 1948, le retour promis 1000 ans auparavant s’est réalisé à travers la création de l’état d’Israël.

La Bible est un livre d’autant plus extraordinaire que c’est le seul à pouvoir fournir un nombre aussi inimaginable de prophéties réalisées. Ces dernières nous donnent en main un critère unique pour juger de la fiabilité de la Bible par la voie du calcul.

Pour réaliser ce calcul, nous allons prendre un tas de fourmis géant, dans lequel ne se trouve, parmi la foule de fourmis noires, qu’une seule fourmi rouge.

Il est facile de comprendre que plus le tas grossira, plus la probabilité d’y retrouver par hasard la fourmi rouge sera réduite.

A combien devrait s’élever la quantité de fourmis pour que la probabilité de trouver la fourmi rouge au milieu des fourmis noires soit égale à la chance de voir 3268 prophéties sorties du même livre se réaliser ?

Si on vous demandait de donner une estimation, vous diriez peut-être : égale à la quantité d’eau contenue dans le lac Léman, ou au volume de notre globe terrestre… Mais les calculs montrent que même notre univers entier, rempli de fourmis, n’y suffirait pas. Il faudrait au contraire une quantité d’univers égale au nombre faramineux de 10896. Que veut dire ce nombre aussi démesuré – un 10 suivi de 896 zéros ? – d’univers remplis à ras bord de fourmis ? Le film « les fourmis au carré » essaie d’illustrer cette réalité.

La probabilité w que les 3268 prophéties puissent se réaliser toutes par hasard est pratiquement nulle, en effet, c’est une chance sur w, à savoir :

 w = 0,5 x 0,5 x 0,5 ….x 0,5 ( 3268 multiplications de suite) = 0,5 x 103268 = 1,7 x 10-984 ( c’est-à-dire 983 zéros après la virgule)

Les résultats des calculs mathématiques atteignent un tel niveau de gigantisme et d’abstraction qu’ils dépassent de loin notre capacité de pensée et notre faculté d’imagination ; ils ne nous permettent pas d’appréhender cette réalité, ne serait-ce que de façon approximative. On peut résumer ainsi le résultat étonnant de ces calculs :

Au moyen de la preuve « prophético-mathématique » de Dieu, on peut prouver l’existence d’un Dieu tout-puissant et omniscient qui correspond en tout point au Dieu de la Bible [6].

TROIS CONSEQUENCES LOURDES DE SENS

La Bible nous vient de Dieu et elle est vraie.

Personne n’est en mesure de formuler des prophéties qui se réalisent ensuite sans exception ; les vrais auteurs de la Bible ne sont personne d’autre que le Dieu tout-puissant et omniscient (2 Thimothée 3/16), Jésus-Christ (Galates 1/12) et le Saint-Esprit (2 Pierre 1/21). C’est pourquoi toute la Bible est vraie ; Paul confesse en toute logique : « je crois à tout ce qui est écrit » (Actes 24/14)

Il n’y a pas d’autre Dieu que le Dieu de la Bible.

Aucune des preuves de Dieu apportées par le passé ne se rapportent à un Dieu particulier. Elles restent toutes si générales que chaque religion peut se les approprier ; en revanche, la preuve « prophético-mathématique » ne se réfère qu’au Dieu de la Bible et à son fils Jésus-Christ.

Aucune preuve de ce type n’existe pour aucun des dieux d’autres religions. C’est pourquoi la Bible dit très justement que les hommes se sont fait de multiples dieux dans leurs religions.

« Car, s’il est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs, néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes. «

1 Corinthiens 8/5-6

Dans le Psaume 96/5, la Bible rejette tous les dieux, de quelque religion qu’ils soient : « Car tous les dieux des peuples sont des idoles. »

L’athéisme se voit ainsi réfuté.

Nous avons pu réfuter l’athéisme de 3 manières différentes. Voici ce que la Bible pense de l’attitude de l’athée dans le Psaume 14/1 : « L’insensé dit en son cœur : Dieu n’existe pas. » En affirmant cela, non seulement les athées donnent un coup d’épée dans l’eau , mais encore se trouvent malheureusement sur la voie de la perdition. « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas (au Seigneur Jésus) sera condamné. » dit Marc 16/16.

Grâce aux réflexions que nous venons de mener sous forme de démonstration scientifique, nous avons pu donner une réponse claire à 3 questions :

  • Dieu existe
  • La Bible tout entière est vraie.
  • Le Dieu dont nous avons confirmé l’existence n’est rien d’autre que le Dieu de la Bible.

Ces certitudes suffisent-elles à nous sauver, c’est-à-dire, sommes-nous sûrs d’avoir gagné avec cela notre place au ciel ? La réponse est NON. Mais il y a une bonne nouvelle qui est parfaitement résumée par le titre du chapitre suivant:

LA SALUT EST ACCESSIBLE A TOUT UN CHACUN

En affirmant cela, nous ne voudrions accuser personne d’avoir suivi jusqu’à présent un autre chemin, que ce soit les représentants d’autres religions ou les missionnaires de l’athéisme. Nous souhaitons bien plutôt mettre en garde contre les chemins qui mènent à la perdition et appeler tous nos lecteurs à écouter cette parole : pendant cette vie sur terre, le salut est accessible à chacun, pourvu qu’il le veuille.

Dans Jean 3/17-18 sont résumées en peu de mots les conséquences incalculables que l’Evangile aura pour nous :

« Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n’est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. »

Selon la volonté de Dieu, nous sommes conçus comme des créatures d’éternité, dont l’existence n’aura jamais de fin. De l’autre côté du mur de la mort, il n’y a que deux lieux de séjour possibles : le ciel ou l’enfer. Celui-ci est d’une beauté ineffable, celui-là d’une horreur inimaginable. La volonté expresse de Dieu, c’est que nous soyons un jour au ciel avec Lui. Mais pour cela nous avons besoin du Sauveur, Jésus-Christ. C’est Lui qui nous ouvre la porte du ciel, parce qu’Il aimerait nous libérer de notre faute. Si vous désirez être sauvé et aller au ciel, il faut vous détourner de vos anciennes voies , où Jésus n’avait pas de place, et lui remettre votre vie. Vous pouvez commencer ce changement de vie en disant une prière qui pourrait dire à peu près ceci :

« Seigneur Jésus, jusqu’à aujourd’hui, j’ai vécu comme si tu n’existais pas. Maintenant, je me tourne vers toi pour la première fois par la prière. A présent, je sais qu’il existe un ciel et un enfer. C’est pourquoi je te demande de me sauver de l’enfer où je devrais finir à cause de tous mes fautes , surtout de mon incrédulité. Je désire instamment être un jour avec toi au ciel pour l’éternité. J’ai conscience que je ne peux pas y arriver par mes propres mérites, mais seulement par la foi. Je ne peux subsister devant ton trône à la lumière de la façon dont j’ai vécu jusqu’ici. C’est pourquoi je te demande de me pardonner toutes mes fautes. Je me repens sincèrement de mes péchés. A partir d’aujourd’hui, tu seras mon Maître que je veux servir de bon cœur. Donne-moi pour cela un cœur obéissant. Je te remercie de m’avoir exaucé. Je crois à ta promesse qu’en me tournant vers toi, je serai un jour au ciel avec Toi pour l’éternité. Amen »

Si vous avez faite vôtre la prière ci-dessus (ou une autre prière de ce genre), alors Jésus vous a accepté aujourd’hui dans Son royaume. Car il a promis expressément d’accepter tout celui qui viendrait à Lui. « Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi »  Jean 6/37. Voilà, vous avez fait le pas décisif. Et vous êtes à présent en route pour la patrie céleste. En même temps, vous avez commencé à suivre Jésus dans cette vie dont Il va occuper le rôle central.

Cela va provoquer un tournant dans votre vie. Laissez-moi vous expliquer cela courtement à l’aide de 4 points :

1)            Commencez par lire régulièrement la parole de Dieu. C’est le seul livre attesté par Dieu comme venant de Lui. La Bible est la « notice d’utilisation » dont nous avons besoin, tant pour notre vie que pour notre mort.

2)            Parlez chaque jour à votre Maître. Notre prière s’adresse à Dieu le Père et à Jésus-Christ Son Fils.

3)            Mettez en pratique dans votre vie ce que la Bible vous a dit.

4)            Cherchez la communion avec d’autres personnes qui, comme vous, ont voué leur vie à Christ.

Directeur et Professeur e.r.
Docteur en informatique Werner Gitt

[1][]           Ornstein, R., Thompson, R.: The Amazing Brain, Houghton Mifflin, Boston, 1984